Les Etoiles du Cinéma

En route pour le 7ème art!!!

Archive pour la catégorie 'Ma Critique'

The Duchess, d’après le livre d’Amanda Foreman

Posté : 23 novembre, 2008 @ 11:42 dans Ma Critique | Pas de commentaires »

SourireSourireSourireSourire

Georgiana Cavendish, duchesse de Devonshire. Tel est le sujet du dernier film de Dibb, Hatcher et Jensen. D’un premier abord l’histoire nous fait penser à Orgueil et Préjugés, peut être à cause de la présence de la ravissante et pétillante Keira Knightley. Mais c’est en réalité un film qui se rapproche beaucoup plus celui de  Sofia Copolla, Marie Antoinette. En effet, le duchesse de Devonshire, comme sa grande amie, n’est autre qu’une jeune fille victime d’un système dirigé par des hommes violents et machos. Marié à un duc qu’elle connaît à peine, elle n’a pour seul devoir de lui donner un fils et d’être loyale. C’est déjà beaucoup pour la duchesse qui ne parviendra dans un premier temps qu’à lui donné des filles. Ambassadrice de la mode, elle comble cependant ses désillusions maritales par le jeu, les fêtes, la boisson et la politique. C’est d’ailleurs en politique qu’elle sera le plus adulée, soutenue par des amis fidèles et par un peuple qui l’admire. C’est aussi ce qui lui permit de rencontrer son vrai amour, le futur premier ministre, Charles Grey.

Pourquoi on aime le film? Et bien tout d’abord pour ses décors, sa musique et ses costumes. On assiste à un véritable défilé de mode et de coiffures en tout genre. Ensuite pour son casting hors paire. Keira Knightley ayant déjà fait ses preuves dans les films d’époques, notre attention se porte sur Ralph Fiennes (toujours aussi impécable dans son jeu d’acteur)  et sur la délicate Hayley Atwell vue dans Le rêve de Cassandre de Woody Allen. Le film utilise fortement le mélo sentimentale mais on aime voir les personnages évoluer au travers de ce drôle de pacte conjugal à trois, le caractère provoquant et sensible de la duchesse et la belle présence des seconds rôles, donnant force et beauté au film. C’est un délice pour les yeux et on en redemande. Décidément les films en costumes sont bien à la mode en ce moment!

Le Monde de Narnai, Chapitre II-Le Prince Caspian

Posté : 1 juillet, 2008 @ 7:59 dans Ma Critique | 1 commentaire »

 

 SourireSourireSourireSourire

A l’image du Seigneur des Anneaux, d’Harry Potter ou encore Des Royaumes du Nord, Le Monde de Narnia nous entraîne dans une aventure exaltante en compagnie d’animaux qui parlent, de créatures mystiques ou encore de petit hommes poilus au caractère tout aussi détestable qu’attachant. Avec ce second volet, Andrew Adamson nous surprend agréablement. Mais où sont passés les dialogues mous et rasoirs, les personnages sans grand charisme et les scènes d’actions soporifiques?! Avec le Prince Caspian, Andrew Adamson fait le bon choix et dirige ainsi, un film dynamique où l’action est omniprésente sans pour autant oublier des scènes pleines d’humour et des acteurs remis au goût du jour.

L’histoire commence avec la naissance du fils du despote Miraz qui a pour seul souhait de devenir roi. Mais l’héritier du trône vit encore en la personne du jeune prince Caspian. A l’annonce de cette naissance, Caspian s’enfuit du royaume car il sait sa vie en danger. Cependant il compte bien reconquérir sont trône avec l’aide des narniens et des rois et reines de l’ancien temps. D’un premier abord, Ben Barnes dans le rôle titre du prince Caspian ne fait pas trop d’étincelles, c’est en tout cas ce que disent les critiques! Mais très vite on s’attache à ce personnage naïf que le destin forcera à grandir plus vite pour assumer des responsabilités de futur roi de Narnia. A ses côté, on retrouve tous les acteurs du premier volet, Anne Popplewell, William Moseley, Skandar Keynes et Georgie Henley. Tous ont pris en maturité et en assurance devant la caméra, leur personnages se sont étoffés et deviennent donc plus intéressant pour les spectateurs. On admire notamment la gestuelle et la rage que dégage le grand roi Arthur quand il se bat en duel face au terrible Miraz joué par un grand Sergio Castellitto. Chaque personnage a sa particularité, un talent qui lui ait propre, qui va continuer à évoluer tout au long des prochains épisodes pour notre plus grand bonheur.

(more…)

Juno de Jason Reitman

Posté : 15 février, 2008 @ 9:00 dans Ma Critique | 2 commentaires »

 

SourireSourireSourireSourireSourire

« Ellen Page incarne à la perfection le rôle de Juno, lui donnant fougue et sensibilité. » 

Juno est une jeune fille de 16 ans, sa vie bascule quand elle apprend qu’elle est enceinte de son petit ami Bleeker. Avec l’aide de ses parents et de sa meilleure amie, elle décide de rencontrer un jeune couple prêt à adopter le futur bébé. Juno est emballée, elle accepte au plus grand bonheur de la futur maman, Vanessa. Mais tendis que l’accouchement approche, les problèmes s’accumulent pour Juno. La jeune fille va devoir faire preuve de maturité et de courage…

Le personnage principal est un vieux fauteuil qui deux mois plutôt a accueilli les premiers ébats sexuels des deux jeunes gens. Mais pour Juno le compte de fée est passé, elle cherche maintenant à se débarrasser de cet ami encombrant. Après avoir pensé à l’avortement, elle décide de garder le bébé.

(more…)

Gone Baby Gone

Posté : 10 février, 2008 @ 10:39 dans Ma Critique | 1 commentaire »

SourireSourireSourire

 « Ben Affleck peut être associé aux grands noms des réalisateurs Hollywoodiens ».

Le film s’ouvre sur une traversée de Boston avec en voix off le personnage principal, Patrick. Il raconte le quotidien de ces familles d’ouvriers qui vivent là, dans une petite banlieu où sévit la drogue et la violence. Pourtant, ce n’est pas ce que cherche à nous montrer la caméra en premier. Elle préfère filmer ces gens partageant un moment de bonheur, un fou rire ou un repas loin de toute préoccupation. Mais très vite tout tourne au drame lorsque  la petite Amanda disparaît, un soir, alors que sa mère était sortie. Tous se mobilisent pour soutenir cette mère, en apparence dévastée par le chagrin. Bien que la police soit déjà sur le coup, le frère de cette dernière, sous l’insistance de sa femme, engage un couple de jeunes détectives, Patrick et Angie.

Patrick et Angie connaissent bien le quartier au point de savoir que la mère d’Amanda était sortie se soir là dans le but de trouver de la drogue dans des établissements peu fréquentables. Petit à petit, ils parviennent à démêler les noeuds de cette intrigue inhabituelle en cherchant là où la Police ne la pas fait, dans les bas fond noir et violent de la petite ville.  Face à une pression médiatique de plus en plus forte, un enquêteur de renom, Remy Bressant et un capitaine de Police, Jack Doyle vont aussi se jeter corps et âme dans cette affaire.

(more…)

Sweeney Todd de Tim Burton

Posté : 5 février, 2008 @ 11:07 dans Ma Critique | 1 commentaire »

  »Sweeney Todd à grand coup de rasoir céle le sort de ses clients »

Sourire SourireSourire Sourire

 Mais que nous réserve ce tendem la prochaine fois? Depuis leur première collaboration Tim Burton et Johnny Deep  n’ont fait que nous étonner. Cette fois ci encore le résultat est surprenant. Dès la première scène, le spectateur est happé par ce vieux Londres lugubre et mystérieux. Les couleurs  nous rappelle les premiers films en technicolor. On pourrait aisément imaginer un Cary Grant ou un Henri Fonda  mais c’est en réalité un Johnny Deep au sommet de son art qui apparait dès le premier plan du film…en poussant la chansonette!!! Et oui parce qu’en même temp qu’être acteur, Johnny Deep nous fait aussi découvrir ses talents de chanteur. Et on est étonné!!! Sa voix grave et suave se prete parfaitement bien à son personnage. Elle prend plus que jamais une importance fondamentale dans son interprétation.

Mais revenons à l’histoire. Tout commence lorsqu’un barbier du nom de Benjamin Barker, se fait enlever et jeter au bagne par le juge Turpin. Celui-ci fou amoureux de Lucy,  la femme de Barker, s’en empare ainsi que de son bébé, la petite Johanna. Des années plus tard, Barker revient à Londres. Il est transformé et se fait maintenant appeler Sweeney Todd. Il décide de reprendre son ancien commerce au dessus de la tourterie de Mme Nelly Lovett. Cette dernière lui annonce que lucy est morte des années auparavant après que le juge Turpin l’ait violé. Sweeney Todd décide alors de tout faire pour se vanger et pour récupérer sa fille, adopté par Turpin.

(more…)

 

ningyou kareha |
Blog plus belle la vie |
CONCOURS VIDEO AMATEUR - FR... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | inerzaflahcenbizenkad
| Oeil Nomade Guyane
| elijahjordanwood